9/24/15

Livre d'Or chantier muséographique MDH

15 comments:

Anonymous said...
This comment has been removed by a blog administrator.
Anonymous said...

Tel un parfum qui se faufile Zette exhale un savoir faire inédit partout où elle passe. Elle est en train de transformer ce haut lieu de la Culture qu'est le Musée de l'Homme en un pôle singulier qui émettra à son tour de subtiles effluves.
Dr Annick Le Guérer
Anthropologue, philosophe, historienne de l'odorat, de l'odeur et du parfum

Julia Decassin said...

J'ai trouvé cette expérience unique et je pense qu'elle est à refaire pour les prochains chantiers muséographiques!
Ce paysage muséographique nous permet de ressentir déjà la capacité des volumes à accueillir les collections, les visiteurs mais aussi le travail d'échelle, et du travail de sérigraphies de verre en rapport avec la luminosité du lieu et au contenu .
On peut déjà réaliser le parcours de visite qui se forme grâce à la mise en place de la volumétrie muséographique qui est en dialogue permanent avec le lieu existant rénové.
Tous mes remerciements aux maîtres d'hôtels, et à tout le staff Zen+ dCo qui ont rendu tout cela possible !

Julia de Cassin

Anonymous said...

Ma chère Zette,

Bravo bravo pour le Musée de l'Homme.

Amitiés,

Marc Boisseuil

Anonymous said...

brava zettissima

Fiora Gandolfi

Anonymous said...

Bravo bravissimo !!!! Très impressionnée par ce chantier qui nous met en haleine pour l'ultime étape suivante ...

Anita de Cassin

Anonymous said...

Bonjour,

Je vous remercie pour votre très bon accueil de vendredi dernier.

Bien cordialement,

Michaël Petitjean

Anonymous said...

Zette,

Ca m’a fait très plaisir de te revoir, et de découvrir grâce à toi l’écrin du nouveau Musée de l’Homme.
J’y reviendrai évidemment quand il sera rouvert au public, en pensant à toi et à ton apport.

Je t’embrasse

Xavier Chimits

Lydia Elhadad said...

Zette met en scène le musée comme un lieu de turbulences, de vibrations, un lieu rare.
Ils ne sont pas beaucoup à oser, comme le disait Szeeman à n'avoir pas peur de transpirer, pas peur des concepts,pas peur du contact. A oser risquer.
Lydia Elhadad. Muséographe

Laurence Guichard said...

Oser, dépasser, outrepasser, et toujours sortir Victorieuse.
Rarement il m'a été donné de croiser une telle amazone du succès, qui bouscule les conventions, fait fi des obstacles innove toujours en chantant et en dansant, portée par le Talent et le courage
Zette emporte son équipe sur les rivages du succès et je suis fière d'avoir pu visiter le musée de l'homme un mois avant son ouverture
Quelle aventure.
Merci ZendCo.
Laurence Guichard

Jean Rabasse said...

Zette
Merci mille fois pour cette belle expérience, pour la visite de ce chantier, de ton rêve qui prend forme.
C'était beau, émouvant, courageux parce que fragile encore, mais tellement généreux de ta part.
Cela te ressemble beaucoup.
Vous avez beaucoup de talent, toi, ton équipe.
Le musée de l'homme (et de la Femme...) a beaucoup de chance, et nous aussi !
Merci
Jean Rabasse

Anonymous said...

Dear Zette,

it is an inspiring experience working with you, your enthusiasm and creativity come over the projects and all this good shades feel vibrant in the Museum venue.

Thank you and all your great team

Maurizio Torcellan
and OTTART team

dominique lacoustille said...





DANS - CES - MURS - VOUÉS - AUX - MERVEILLES
J’ACCUEILLE - ET - GARDE - LES - OUVRAGES
DE - LA - MAIN - PRODIGIEUSE - DE - L'ARTISTE
ÉGALE - ET - RIVALE - DE - SA - PENSÉE
L'UNE - N'EST - RIEN - SANS – L'AUTRE
Paul Valéry
Façade du Musée de l'Homme


Passer sous le fronton, d'or le silence du poète, se voir offrir un bracelet jaune en guise de bonne étoile, monter les marches dérobées au public, arriver, plonger dans le bain de lumière de l'atrium, mettre son cœur au diapason de l'humanité ici réunie, remarquer les yeux brillants des premiers visiteurs, les frissons d'impatience d'un
nouveau groupe, se sentir à quelques instants mesurés de la Galerie de l'Homme en chantier, enchantée.

Elle court dans la grande maison, temple des muses, ondine courbant l'espace-temps.
Elle court la galerie et ouvre, sur mille mondes, ourlés de noir, des yeux immenses, en ce matin, ruisselante de la lumière des siècles, offerte nue à sa parisienne cour.

Affairé au grand travail de la progression, casqué, chacun à ses pieds, l'un pose un mot sur le bout de sa langue, l'autre lave sa peau boisée, plusieurs, pour la parer, sortent des expôts d'une malle, extravagants bijoux d'une lointaine Vénus, ceux-là opèrent à la bonne santé de ses vitrines, organes de son intériorité et de son rapport
au monde.

Sculpturales vitrines à la complexe alchimie, œuvrant à la vitalité muséale.
Prendre mesure des lumineuses énergies, des pouls vibratoires, de l'inspir et de l'expir, nourriture aérienne, subtile, pour que chaque objet exposé puisse faire figure.

Ce grand corps roule, s'enroule, se déroule, coule, chamboule le vieil ordre humain.

Admirer, trop vite, la recréation de la Galerie de l'Homme, sortir du temps à venir, l'autorisation administrative d'ouvrir un chantier interdit au public déjà révolue.
Se retrouver pour « Le déjeuner sur le chantier », vivre la joie souveraine de se reconnaître humain, de se rencontrer, faire la promesse de se revoir.

Évoluer vers Zette et sa quantique équipe, les saluer, l'âme en fête.
S'en aller, les regarder courir, dans la lumière du chantier, redevenir laminak...

Plus tard, nuit de rêves peuplés : invisible aux visiteurs du matin, ZEND+DCO, s'amuse, muse et muséographie par-delà le bien et le mal, par-delà l'espace et le temps, pour la grande foule humaine qui va, demain, se dresser, épatée par la galerie.



Dominique Lacoustille

Bernard Boët said...

C'est une heureuse surprise pour moi de voir un nouveau musée de l'homme naître.
Par ces temps de moindre croissance des dépenses publiques, je n'aurais pas parier sur la réouverture du musée. Et pourtant le 18 septembre, il était là, presque prêt.
Quelle émotion de suivre l'évolution humaine en ayant en même temps la vision rassurante des arbres du jardin du Trocadéro et de la ville toute proche !
Merci à Zette, à Jesus et à tous ceux qui ont contribué à ce projet,

Bernard Boët

Anonymous said...

Lettre du professeur Yves Coppens à Zette Cazalas pour le livre d'or du petit déjeuner